Close

Votre magazine moderne sur le développement personnel & la spiritualité

Resources.

 

Et c’est Elise qui nous fait le plaisir de créer le premier article invité. Un grand merci à toi. Sujet passionnant que celui de la conférence internationale de Pau qui a réuni de belles personnes au sujet de la spiritualité au sens large. Elise nous dessine les grands moments de sa journée… pas comme les autres…

Je reçois un mail m’annonçant la tenue d’une conférence internationale à Pau autour du thème Nouvelle conscience, nouvelle humanité. Drôle d’impression, mon être vacille, je ressens des frissons, mon coeur bat, quelque chose m’appelle là-bas de suffisamment fort pour me motiver à organiser le voyage depuis Marseille. J’ai du mal d’ordinaire à prendre ce genre de décision, je n’aime pas beaucoup organiser un voyage, cela me stresse.

Une joie pourtant s’empare de moi à l’idée de me rendre là bas.

Je n’irai pas seule, un compagnon de voyage se joindra à moi, source pour moi d’une immense joie.

Deux semaines avant de partir, je rencontrerai une personne que je sens proche de coeur, venue depuis Pau s’initier au Reiki à Marseille, je la retrouverai aussi là-bas.

Ces conférences se font au profit de l’enfance handicapée mais aussi et surtout, ce que je découvrirai plus tard, à leur initiative.

Je ne connais pas du tout le sujet du handicap, je me dis, tant mieux, ok.

Je choisis d’assister à une journée entière de conférences (il y a avait dans le même temps des ateliers) avec ceux que je connais comme étant de grands acteurs de l’Humain, avec d’autres aussi que je ne connais pas et que je vais découvrir.

Je me dis que c’est là une belle occasion de vibrer à fond sur ce qui m’anime depuis toujours, l’Humain, l’Amour !

Comment vous parler de l’incroyable richesse que j’ai côtoyée ? Comment faire court ? Comment vous dire tout ? Quels extraits choisir ? Vais-je m’extraire en bonne journaliste impartiale ?

Je vais m’inclure en totalité au contraire, me dévoiler, vous dévoiler ce que moi j’y ai trouvé, intuitivement, en toute Humaine et chaleureuse partialité, en espérant vous inspirer.

Bien sûr, je vous invite à chercher, collecter par vous-même toutes les infos au sujet de ceux qui résonnerons avec votre être.

 

9h/11H Débat à trois sur la conscience du coeur

Eloge de la gentillesse

Emmanuel Jaffelin, philosophe, écrivain, prof, dans son excellent, brillant Eloge de la gentillesse me rappellera cette importance de la justesse dans les bons sentiments, dans l’aide que je peux apporter à l’autre.

J’ai adoré cette ligne symbolique révélatrice avec tout à fait dans son extrême à gauche la sollicitude intrusive, l’empathie brûlante, et tout à fait à droite, l’empathie froide, le respect, cordial, poli et au milieu la gentillesse dans toute sa noblesse, pleine de trous (on ne peux pas être toujours gentil), la chaude empathie.

“La gentillesse n’est pas une morale du devoir mais du pouvoir

Waaoouuuh… La gentillesse, c’est ce que l’on peut faire.

 

Le pouvoir de l’amour

Baptist de Pape, ancien avocat  résonnera avec tout mon être dans l’importance, le pouvoir qu’il accorde au coeur, dans une justesse et un équilibre que je partage : il ne s’agit pas de mettre de côté notre cerveau, notre faculté de raisonner, non !

Il s’agit de prendre conscience que notre cerveau n’est pas le maître, qu’il doit être mis au service de notre coeur, pour l’exécution concrète de ce qu’il réclame.

Je partage également cette vision :

“There is not one way to connect with the heart” Il n’y a pas UN moyen de se connecter à la puissance de notre coeur, ce peut être en étant au contact de la nature, en faisant l’amour, en écrivant, en méditant, etc.

Cet homme, en présence est vibrant d’humilité, d’humanité et d’Amour, je vibre avec plaisir avec lui.

 

Bienvenue dans le monde nouveau

Luc Bodin, médecin, homme au regard pétillant et malicieux réveille un peu mes instincts de vigilance et de peur lorsqu’il parle avec une telle aisance au sujet de l’énergie (avec laquelle pourtant moi je travaille au quotidien).

En même temps il m’attire, son bonheur resplendit, sa simplicité aussi. Il me semble moins humble que Baptist, moins vibrant, moins souffrant aussi.

Il est à l’aise alors qu’il nous invite à nous envoyer de l’amour dans la salle en binome (j’aime le couple qu’il forme avec sa femme très féminine avec qui il travaille pour animer leurs stages).

Je trouve ça génial et en même temps je me questionne :

sommes-nous capable, me dis-je, nous, êtres pensant (beaucoup), se questionnant, se méfiant, de sentir là tout de suite l’amour et de l’envoyer ?

Ben peut-être bien que oui !

Je me rappelle aussi, d’après mon chemin que pour certains, cela peut être difficile et tout un long travail pour sentir cela et le mettre en pratique, beaucoup de peurs entravant cette belle et évidente simplicité humaine.

J’adore cette précision issue du savoir médical qu’il nous rappelle : “Le coeur réagit avant le cerveau”.

 

11H/13H Une nouvelle humanité

Les 8 lois du changement

Il émane de Stephen Schwartz une authentique volonté de faire le bien, une grande bonté, une grand intelligence, une grande douceur.

C’est une personne très ancrée, écrivain, chercheur reconnu, il nous rappelle à quel point nous pouvons changer le monde, à chaque seconde, par chacune de nos actions, par chacun de nos choix qui sont de la plus grande importance (est-ce pour le bien-être de tous… ou est-ce pour mon propre profit ? Ce choix va-t-il dans le sens de la Vie ?).

Ça me fait sourire, moi qui suis terrorisée chaque fois que je dois faire un choix.

Il dévoile plein de chiffres, d’études qui montrent qu’un tout tout petit groupe de personnes minoritaires peuvent changer le monde, oui. :-)

Pour cela il faut mener des actions concrètes, au quotidien, par le biais simplement de nos choix de vie.

 

J’ai beaucoup apprécié, parmi ses 8 lois du changement qu’il énonce (que je vous invite à découvrir en cherchant sur google) celle qui dit que le chef, la hiérarchie, n’est pas une meilleure personne, nous sommes tous fondamentalement égaux.

Moi – ainsi que beaucoup de gens – qui suis rebelle à toute forme de hiérarchie, je crois aujourd’hui que les chefs, managers, etc. sont très importants au contraire, pour peu qu’il remplissent leur rôle et leur qualité de leader, c’est-à-dire de rassembleur, éveilleurs de talents, alors nous pourrons les respecter et ensemble, nous élever.

 

Arouna Lipschitz rebondit sur le discours de Schwartz en nous rappelant l’importance de la cohérence entre notre discours et la réalité, entre éthique et intentionnalité éthique.

 

La vrai étique se situe dans nos choix de vie.

Elle témoigne sur son parcours éminemment spirituel, apparemment connu de tous que moi je ne connais pas mais qui avait fait qu’elle avait délaissé sa vie de femme, sa vie de famille, ce qui nous rappelle l’importance d’une spiritualité ancrée.

J’ai été touchée en tant que femme sur le mantra qu’elle se répète chaque jour en ce moment : “la guerre est finie” (avec les hommes ;)).

Je vis moi-même dans mon parcours personnel et spirituel la libération de mémoires sacrément ancrées que nous détenons nous les femmes à l’égard des hommes (ainsi que les hommes)…!

Ce qui explique beaucoup de difficultés pour les hommes et les femmes se matérialisant par une riche palette de manifestations mais cela est un autre sujet que j’aimerais traiter, bientôt.

 

Bernard Werber, ce fameux Bernard Werber…  

Bernard est un grand homme, par sa présence. Je vous avoue que ça a été une grande surprise car j’avais des a priori sur lui qui sont tombés net en sa présence.

Il émane une bonté, une pureté et une vibration particulière chez cet homme, pas étonnant qu’il écrive tous ces bouquins passionnants.

Je résonne avec lui dans cette sensibilité et cette ouverture que je sens chez lui associée à une vigilance constante.

Il n’a rien préparé. Assis dans son fauteuil pendant que les autres finissaient leur conférence, il se tenait assis les mains jointes, les index pointés vers le ciel. De temps en temps même il pianotait sur son téléphone ! 😀

Et puis, il démarre en nous racontant qu’il y a très longtemps, une amie lui avait offert une consultation avec un médium. Il y était allé bien malgré lui en nous racontant ce qu’il s’était dit en voyant cette grosse femme habillé bizarrement. En nous racontant aussi ce qu’il pensait sur ces histoires de réincarnations : “oui bien sûr, comme par hasard, on a tous été chez les pharaons ou auprès de Jésus”.

Cette femme lui a dit qu’il avait vécu 110 vies et elle lui explique qu’elle va lui parler des 11 intéressantes. En tant qu’écrivain il a été épaté par la richesse du récit que lui avait décrit cette bonne femme qui n’exerçait pas la profession d’écrivain.

Et il en vient à cette magnifique phrase que je partage totalement :

“Je ne savais pas si c’était vrai mais ça me faisait du bien.”

Et là il embraye sur un discours d’une grande richesse.

Il lui apparaît évident que l’être humain est une âme qui évolue, qui comprend de plus en plus de choses.

Nous sommes là pour étendre notre amour, aimer, c’est-à-dire, entrer en vibration avec, cette définition de l’Amour m’a sacrément marquée !

Nous cherchons à vibrer de plus en plus largement.

Il souhaite donner envie aux autres d’aller plus loin.

L’humain souhaite s’élever dans la conscience.

Nous avons envie d’harmonie, d’être en phase, pas en combat.

Et là, il nous rappelle cette expérience du programme gagnant, Coopération Réciprocité Pardon citée dans sa géniale Encyclopédie du savoir relatif et absolu.

Coopérer : être ensemble, Réciprocité : tu m’agresses, je bloque ton agression, je te détruis pas (mais je me laisse pas faire non plus !!), Pardon, je pardonne à celui qui m’a agressé.

Pour le détail de l’expérience, cherchez, creusez par vous-même !

Le débat entre ces trois là et nous autres dans la salle rappellera nos peurs que nous avons tous, qu’il s’agit d’accueillir en tant qu’être humain.

 

14h/16h Au delà de la conscience, la température monte…

Dr JJ Charbonier « Vers une nouvelle conception de la conscience»

J’arrive en retard dans la salle, le rythme est soutenu, je tombe né à né avec ce livre ( La mort expliquée aux enfants mais aussi aux adultes) qui se plante en plein dans mon coeur. Il faut dire que ma nièce, quelque temps avant de partir à Pau m’avait envoyé une lettre où elle se/me questionnait au sujet de la mort.

Je m’étais retrouvée transpirante, branlante, dans la confusion, la lutte à essayer de me débattre avec mes mots et mes idées, et mon cerveau.

Dans mon infinie sagesse 😀 j’avais décidé de remettre à plus tard cette réponse.

Et voilà que ce monsieur Charbonier m’offrait en présent ce que je cherchais.

Il faut dire que j’en cherche des livres traitant de spiritualité pour les enfants (et j’en écrirai !), c’est très rare.

Et pourtant, il sont de plus en plus nombreux ces enfants élévés dans la conscience du monde “de demain” (qui a bel et bien commencé, oh que oui !), comme le mien où il est question chaque jour de se questionner sur notre manière d’aimer, de travailler sur notre maîtrise, sur notre corps, de travailler à Être Humain, pleinement et ensemble !

Ces chers enfants, si jeunes et si sages qui hurlent, cognent crient pour nous rappeler à notre humanité.

Heureux sont ceux qui peuvent les écouter et se poser, enfin.

 

Donc, voilà un sacré bonhomme ce Jean Jacques, à l’aise, lumineux, intelligent, simple, ancré, profondément ancré, léger aussi, épanoui, profondément épanoui, à sa place.

Ce monsieur n’est pas un clown ni même un gourou ou un farfelu mais un homme tout à fait normal, qui plus est, reconnu et soutenu par le conseil de l’ordre oui oui, vous avez bien entendu.

Il est habillé le plus classiquement possible dans son costard cravate et il nous dit le plus simplement du monde : bon, cela fait maintenant une cinquantaine d’années que la médecine, avec ses progrès nous permet de faire revivre des personnes qui étaient décédées. Les récits de ces personnes, en arrêt cardiaque, avec un électro-encéphalogramme plat, sur ce qu’elles ont vu durant leur mort nous amène à revoir totalement notre conception de la conscience qui ne se situe pas dans le cerveau comme mes professeurs me l’ont enseigné et continuent de le faire à la faculté, mais ailleurs.

La vie ne s’arrête pas après la mort, voilà.

Notre cerveau est une antenne qui capte des informations, il n’est pas le siège de notre conscience.

Et il est urgent de transmettre ces infos, en particulier aux enfants, avant que ne se bétonne, comme nous, le ciment de leur croyances dans des fondations si difficiles, après coup, à faire bouger (oh que oui…!).

Il nous donne tout un tas de chiffres, nous partage son expérience d’une extrême richesse en tant que réanimateur anesthésiste depuis presque 30 ans.

Il est toujours en exercice et travaille à l’hôpital avec des médiums, pour les patients dans le coma par exemple. Il nous rappelle à cet égard que l’on peut tout à fait communiquer avec une personne dans le coma qui perçoit tout.

Il nous rappelle aussi, témoin de ce côté secret et tabou dans nos cultures à ce sujet, que les hôpitaux font appel depuis longtemps par exemple à ce qu’on appelle les “coupeurs” ou “barreurs de feu” dans les services des grands brûlés.

 

Il nous expliquera que notre conscience analytique est surdimensionnée par rapport à notre conscience intuitive. Que notre conscience analytique bloque les informations de notre conscience intuitive. Cela résonne avec ce que j’ai constaté sur mon chemin.

Il travaille aussi beaucoup en hypnose (qui, rappellons-le est utilisé de plus en plus dans le milieu médical, notamment en chirurgie) qui, dit-il, permet de contourner cette conscience analytique.

 

Et là j’me dis…. Wow, pendant que nous sommes là (personnes de tous âges, de toutes professions mais quand même il faut le préciser, issues d’un certain milieu culturel favorisé), en train d’écouter des personnes épanouies, intelligentes, nous transmettant de l’Information, la vraie, celle qui nous fait vibrer, celle qui nous inspire, nous donne envie d’aimer, d’écrire, de vivre pour de vrai… d’autres sont chez eux, avec les infos qui tournent en boucle, toujours autour des mêmes sujets, axés sur la peur, le divertissement, les faits divers et la guerre et tournent en rond, ils ne sont absolument pas au courant de ce genre de choses.

Je me rappelle aussi tout ce que je croyais avant sur tous ces sujets et sur leurs auteurs, sans même les connaître.

 

Il faut dire que ce monsieur Charbonier, j’en ai fait du chemin pour pouvoir l’écouter…..!

Ben oui, faut en faire du chemin (pour ceux d’entre nous éminemment sceptiques) pour pouvoir ne serait-ce qu’assister à ce genre de conférence, écouter, descendre de ce piédestal doré, isolé, bétonné avec toutes nos certitudes qui nous donnent cette impression de liberté, d’ouverture : “oui, m’enfin moi, je ne crois pas à ce genre de choses…”

Ce genre de choses qu’on ne connaît pas du tout en fait et qui, avouons-le, nous fiche une trouille monumentale.

 

Il faut avoir appris à prendre du recul sur le mental qui, seul, ne peut tout simplement pas entendre ce genre de chose, il faut avoir appris à ouvrir son coeur, écouter avec tout son être, ce regard-là est tout à fait différent, il change tout.

 

Pim Van Lommel « Conscience Non Locale »

Pim Van Lommel est un scientifique reconnu, cardiologue, spécialiste mondial des expériences des NDE ou EMI en français.

Il a publié la plus grande étude à ce jour sur ce sujet, parue dans The Lancet s’il-vous-plait en 2001, il a écrit un bouquin traduit en français Mort ou pas ?

Je l’ai feuilleté, le bouquin est balèze, vraiment scientifique, avec tout plein de chiffres pour ceux que ça intéresse.

Sa conférence était passionnante, notamment ses recherches sur le lien entre les personnes ayant vécu des NDE et celles ayant vécus des expériences spirituelles marquantes, ce qu’il nomme STE (spiritually transformative experiences), je crois me rappeler que ce terme est un terme générique employé et reconnu aux Etats-Unis.

Celles-ci sont favorisées par la dépression, un accouchement difficile, de grosses épreuves de la vie, etc.

Ceux-ci (NDE ou STE) vivent en fait les mêmes choses, leur regard sur eux-même et sur les autres se modifie de la même manière, après ce genre d’expérience.

Il expose la problématique pour ces patients qui ne parviennent pas à intégrer ces expériences parce qu’ils ne trouvent pas de personnes à qui ils peuvent confier cela.

Problématique que je partage totalement et que j’ai bien étudié. Cruciale, à mon sens, dans notre société occidentale et en particulier française.

 

A ce titre, j’ai adoré l’anecdote d’un congrès où il était présent avec un autre cardiologue qui disait qu’en 30 ans de carrière, il n’avait jamais eu de tels récits.

Là, une personne dans la salle lève la main, dit être le patient de ce même monsieur, lui confie qu’il a bel et bien vécu une NDE et vu tout un tas de choses mais qu’il n’aurait jamais osé lui en parler à lui…. 😀

Oui cela est vrai, nous ne pouvons entendre que ce que nous sommes prêts à entendre. A nous de travailler à pouvoir entendre, Ecouter, ne rien rejeter, et je ne parle pas de croire ou d’adhérer, non, au contraire !

Je parle simplement d’écouter, c’est un sacré boulot, notamment sur nos peurs et sur notre manière de voir l’Autre (représente-t-il une menace à ce que nous sommes, à ce en quoi nous croyons et nous accrochons désespérément ?).

 

Pim nous dit que le cerveau est un récepteur et pas un détenteur de l’information, (et il n’est pas le seul à affirmer cela, le biologiste Ruper Sheldrake expose aussi cette thèse ainsi que beaucoup d’autres) ; à la manière d’un poste de télé ou de radio, l’info n’est pas dans la télé ou dans le poste de radio mais ce sont des appareils qui captent l’info.

“All information is coded into electromagnetic field, the “cloud”, les informations sont encodées dans un champ électromagnétique que l’on pourrait appeler, “le cloud” (à ce sujet, Jean Jacques nous avait fait cette remarque que j’avais adoré : “nous sommes des minis Icloud inclus dans un grand Icloud, prononcez à la française, avec le ou de clou s’il-vous-plaît :D).

 

Mmmmmmm je vibre de tout mon être, mon regard pétille, tout mon être exulte, je me sens si bien… Et voilà qu’arrive le suivant,

 

José Rodrigués dos Santos « La science face à la mort »

Alors j’ai retenu de lui une extrême curiosité pleine de joie et de bonne humeur, entraînante !

Ce monsieur est d’une telle vivacité d’esprit…! Journaliste, écrivain portugais traduit dans plusieurs langues, il se questionne, joue avec les mots, le rationnel, le scientifique, il nous parle en français, le tout avec un accent portugais, j’adore ce gars…!

J’aime bien quand il dit que tout est rationnel mais que simplement, on n’a pas encore expliqué certaines choses pour lesquelles pourtant il existe une rationalité !

Il nous présente la géniale expérience à double fente :

https://www.youtube.com/watch?v=Q-KRSGQvr6U

 

Ah mais j’oubliais……!!!!!!

Au beau milieu de chaque cycle de conférence, une jolie, excellente enivrante poétesse rythme et enchante le débat. Ses poèmes tournent autour de la spiritualité et de l’Humain, avec ses débats intérieurs. Elle s’appelle Camille, elle nous clame un poème qui réveille tout notre être, c’est léger, profond et inspirant, je ris, nous rions ! MERCI CAMILLE

 

16h15/18h15, La conscience informée

 

Le sujet est passionnant mais mes amis, je commence à fatiguer…

Vous aussi de me lire ? :-)

Rassurez-vous, j’ai un peu oublié la première partie qui pourtant traite d’un sujet passionnant, ben oui, voilà j’ai un peu décroché, ceux-là ils étaient costauds, très universitaires dans leur manière de parler si vous voyez ce que je veux dire, ça m’a rappelé les cours en amphi…!

Mais….

C’est surtout de Julie, la “clé” dont je veux vous parler maintenant.

 

Odile Mourglia, Béatrice & Julie Bonin « La connexion aux champs akashiques pour l’avenir  »

Alors alors… Pendant que les autres messieurs parlent – avec, au passage, le sujet excellent des annales akashiques, si ça résonne, creusez ! – il y a une dame qui tape à l’ordinateur en tenant la main d’une fille sérieusement handicapée qui est dans un fauteuil roulant. Je me dis, tiens, ce doit être Julie. Cela m’intrigue fortement. Je comprends très vite qu’Odile Mourglia (j’ai cherché l’info après) traduit intuitivement un message que Julie veut faire passer (c’est un métier, elle n’est pas seule à le faire et elle a écrit un bouquin, si ça vous intéresse creusez !!). L’atmosphère est particulière, peut-être est-ce pour cela que j’ai décroché ?

Oui, j’étais happée, intriguée par cette Julie et cette femme qui tapait sur l’ordi à côté d’elle.

Cette petite ne parle pas et ne marche pas. Elle émet des cris rauques, limites flippant je vous l’avoue, comme venant d’un autre monde… J’en ai des frissons.

 

Et puis, celle que je comprends être la maman de Julie, Béatrice Bonin prend l’ordi et commence à lire.

Et là…….

Pour ceux qui connaissent Dragon Ball et le Kaméhaméha (pardon pour la référence, mon fils est fan), et bien je me prends un Kaméhaméha en plein coeur (sauf que ça me tue pas, ça me réveille, ça me fait un bien fou…!), oui, une énorme boule lumineuse transperce mon coeur et fait vibrer tout mon être.

Je pleure, je pleure, je pleure, toutes les larmes de mon corps. Je me rappelle, je prends conscience de ma méprise, je compatis, je sens, je ressens, je sais.

Qu’a dit cette jeune fille ?

hhhhhh…. Là est tout le problème, difficile de vous dire ce qu’elle a dit.

C’était comme un message céleste, oui, tout droit descendu du ciel.

Elle appelle les adultes à faire cesser cette confusion constante, là dans leur tête qu’elle, que les enfants, peuvent ressentir. Elle voyage dans les galaxies, travaille avec les passeurs d’âme, avec les enfants qui s’incarnent dans des conditions difficiles. Elle est d’une grande sagesse, elle a un rôle majeur dans notre monde. Son message est humble empreint d’amour, de paix.

Il règne dans la salle une ambiance, une vibration incroyable…

Elle termine en disant qu’elle a écouté en même temps les trois intervenants (Pr Ervin Laszlo, Roger Nelson, Don Ernesto Ortiz). Elle invite Ernesto Ortiz à nous faire répéter le mantra qu’il avait mentionné.

Et là, dans une salle bondée (environ 200 personnes…!), tout le monde s’est mis à chanter à haute voix un mantra qui invite à voir plus loin qui dit : om gate gate paragate parasamgate bodhi soha.

Je crois que c’est celui-là. Nous l’avons chanté 21 fois, il chante encore souvent dans ma tête.

Un grand silence a suivi et personne n’a souhaité poser de questions ou rebondir.

Je me sens si bien… Je plane, pas de ces hauts vols qui vous brûlent les ailes, pas de cet envol à l’atterrissage fracassant… Je plane tranquillement, joyeusement, entre ciel et terre, là où se situe ma place. Merci Julie, merci Julie, Merci Julie.

 

18h15/20h15 Film et débat, Le pouvoir de l’amour

 

Je vous conseille ce film hautement inspirant réalisé par Baptist de Pape, avocat de formation (parfois le coeur nous appelle là où on ne s’y attend pas…!).

C’est une sorte de docu-fiction avec divers témoignages qui s’articulent autour du thème central : l’amour, le coeur. Vous retrouverez Paolo Coelho, Maya Angelou, Ekhart Tolle, Deepak Chopra, Isabel Allende, etc.

J’ai particulièrement été touchée par le témoignage d’une fille qui témoigne du massacre des tutsis. Cette fille a vécu des mois cachée dans une salle de bain à attendre en espérant ne pas se faire tuer à coup de machettes, toute sa famille a été tuée dans ce génocide sauf elle.

Ces mois cachée dans une terreur insoutenable ont été littéralement un chemin initiatique de la haine, de la colère au Pardon à l’Amour, la lumière.

Waouh, je vous conseille ce film…

Voilà. Ce genre d’événement vous transforme.

Ce genre d’événement ancre un chemin commencé il y a longtemps.

On commence seul, caché, tremblant, souffrant. Et puis on lit. On évolue. On fait des rencontres, on s’ouvre, on se reconnaît, enfin.

Qu’allez vous faire de cet article ? Observez.

Comment vous sentez-vous ?

Y-a-t-il une joie après lecture et quelques jours après, l’effet coup de bâton ? L’oubli coup de baguette magique ?

Allez vous vérifier chaque info avec laquelle votre coeur a vibré ? De quelle manière cette info va-t-elle vous nourrir ? Vient elle vous inspirer ou vous rabaisser ?

Allez-vous continuer à nourrir cette petite flamme, là que vous sentez ?

Allez vous partir à la rencontre de ces acteurs ? De vos acteurs ? De vous-même ? De ce que réclame votre coeur ?

Elise Raguet – Au pied d’un arbre

elise

Post written byFabien - Au pied d'un arbre

You can also like This posts

Selected by tags
image
Loan Miege – Medium – Rena ...
image
La Vie après la Mort : le chemin vers ...
image
Nouvelles pierres, nouvelle conscience ...

This post has one comment

Leave Your Comment Here:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Do not spam our blog. Your comment will be checked by administration.

UA-106963681-1