Close

Votre magazine moderne sur le développement personnel & la spiritualité

Chantale Rialland

Interview de Chantal Rialland, psychothérapeute et coach spirituel

Lorsque je décroche le téléphone, c’est une voix remplie de douceur qui m’invite à me connecter à Skype après quelques minutes d’échange. Je découvre alors la joie primaire d’échanger avec Chantal Rialland, celle qui m’a bouleversé par la clarté de ses propos dans cette magnifique interview YouTube de Tistrya, réalisée par Anthony Chene, « Vivre sa divinité intérieure ». En l’écoutant, cette grande dame résumait ce qui vibrait en moi depuis toujours. Un mélange salvateur de sagesse et de lumière… Chantal est un être hautement spirituel, pour lequel l’Amour et l’Humour se mélangent dans un sirop de générosité saupoudrée d’une pincée onctueuse de bienveillance.

 

 

 

PREMIERE PARTIE
DECOUVERTE DE L’HISTOIRE ET DE LA PROFESSION DE CHANTAL RIALLAND

 

 

Fabien – Chantal, pouvez-vous nous délivrer un message concernant les attentats qui secouent la France ?

Chantal : Mes premières pensées ont été pour les personnes décédées afin qu’elles s’élèvent dans La Lumière, pour les blessés afin que Leurs Guides les aident dans leurs grandes souffrances, pour les familles et les proches endeuillés et totalement bouleversés. C’est la première fois que j’ai consulté toute une partie de la nuit, par téléphone, à Paris. J’ai aussi soutenu des amis français de part le monde.

Face à cette barbarie des attentats, ne cédons pas à la peur, à la colère, à la haine. Si c’était cela qui éradiquait le terrorisme, il y a longtemps qu’il aurait disparu. Voter pour un parti d’extrême droite n’apportera pas la solution non plus, mais une catastrophe lourde de conséquences, comme le font toutes les dictatures. Il me semble fondamental de ne pas confondre musulmans et terroristes.

Par ailleurs, cela fait des millénaires que nous répondons à la guerre par la guerre. On voit les résultats que cela donne. Agissons, tous ensemble, pour que soient prises de vraies mesures – pacifiques et efficaces – pour libérer la planète du terrorisme : blocage des comptes bancaires qui le financent, fermeture des réseaux sociaux afférents, suppression des sites Internet concernés.

La seule solution est d’aimer davantage, de développer des Énergies de Lumière face aux ténèbres. Chaque jour, pensons à donner de l’amour. Osons dire à notre conjoint, à nos enfants, à notre famille, à nos amis, à nos collègues que nous les aimons. Que nous les remercions d’exister. Par un sourire, pas une parole encourageante, par de l’écoute, par du dialogue, par un petit service rendu, donnons de l’amour universel autour de nous.

Les attentats n’ont rien à voir avec Dieu. Dieu n’est pas une personne, Dieu est une Energie d’Amour au coeur de L’Univers qui nous laisse exercer notre libre arbitre. Nous avons choisi de nous incarner sur Terre pour expérimenter la matière, pour progresser, pour aimer. Je crois profondément que tout ce qui nous arrive – même si c’est très difficile – est là pour notre évolution. Je ressens une tendresse particulière pour les personnes qui vont être handicapées physiquement et les parents qui ont perdu leur enfant. Quelles épreuves…

 

Fabien Chantal, qui êtes-vous et quel a été votre chemin jusqu’à la spiritualité ?

Chantal : Je suis quelqu’un comme tout le monde, je n’ai aucun don particulier, j’écoute mon intuition. Nous avons tous une intuition qui nous guide.

 

Très jeune, je me suis dit : « Que ce monde est bizarre…. ». A quatre ans, j’étais très en colère contre « Dieu ». Mes parents ne m’avaient jamais parlé de « Dieu » mais je ressentais une Force au-dessus de moi. Je n’étais pas du tout contente d’être là. Le soir, je n’arrivais pas à m’endormir. Je « savais » qu’il y avait d’autres couleurs, je fermais les yeux et je cherchais désespérément à les retrouver. Sans succès bien sûr. (Elle rit).

 

J’ai été en pension très jeune, à 11 ans. Enfant unique, j’étais ravie d’être entourée de camarades. Les religieuses m’ont donné de l’Amour. Evidemment, par conséquence, j’ai « plongé » dans la religion catholique. A 18 ans, j’étais responsable d’un mouvement catholique pour les jeunes. C’étaient deux années merveilleuses. J’écoutais ces jeunes, je leur posais des questions, je découvrais, j’apprenais, j’animais des réunions. Ils étaient de tous les milieux sociaux, c’était extraordinaire. Le but était : « Comment se respecter et s’aimer ? Comment aimer les autres ? Comment vivre dans l’Amour ? ».

 

J’étais une rebelle, beaucoup plus attachée au fond qu’à la forme. J’ai vécu maritalement avec mon futur mari. J’ai donné ma démission de ce mouvement puisque c’était à leurs yeux « vivre dans le péché ». J’ai très rapidement étouffé dans ces dogmes et cette vision de Dieu. D’autant que j’ai divorcé après quatorze mois de mariage.

 

Mon père désirait que je sois médecin mais je voulais être psychothérapeute – ce qui implique de faire les études afférentes et de travailler beaucoup sur soi. Même dans la vie de tous les jours, lorsque quelqu’un me parle, me raconte son expérience, cela me fascine et me donne de la joie. Je crois que j’ai voulu être psychothérapeute par curiosité au sens bon du terme, par intérêt, par amour, par passion. Quand j’ai ouvert mon cabinet à 28 ans, je me disais aussi : « Tu commences par la psy et tu finiras dans la spi (spiritualité) ». C’est exactement ce que je vis depuis une quinzaine années !

 

En matière de spiritualité, je me suis posé de nombreuses questions et j’ai beaucoup lu. Je remercie des auteurs comme Deepak Chopra, Wayne Dyer et bien d’autres. Je me suis passionnée pour les EMI (expériences de mort imminente), les récits de médiums dignes de foi concernant les communications avec les défunts, les écrits de personnes transmettant des messages de Guides de Lumière. Le plus important, j’ai cheminé avec le cœur, écoutant mes ressentis et mon intuition…

 

Fabien – Pourquoi êtes vous partie aux Etats-Unis et à Los Angeles ?

Chantal : J’ai publié « La vie notre meilleure amie » avec un éditeur Québécois qui m’a dit « C’est le livre le plus américain que je n’ai jamais publié ! ». Je n’avais jamais mis les pieds aux Etats-Unis, je n’avais aucun rêve américain et je ne parlais pas un mot d’anglais. Ceci dit, j’avais lu beaucoup de livres de développement personnel, traduits de l’américain.

J’ai eu besoin de faire un break. J’ai, d’abord, acheté un ordinateur et pris des cours pour savoir m’en servir. Puis, j’ai souhaité passer neuf mois à New-York pour apprendre l’anglais.

Mon éditeur avait raison, l’énergie positive de ce pays m’a fascinée. J’ai appris, un peu, l’anglais mais j’ai, surtout, consacré plusieurs mois à obtenir un Visa pour pouvoir résider et travailler aux Etats-Unis. C’était un Visa O1, il faut prouver que l’on est connu dans son propre pays. Quel travail !

J’ai eu la chance d’être invitée à Los Angeles par un ami d’ami. Je me suis sentie en harmonie avec les énergies de cette ville, la puissance de la nature, ses arbres magnifiques, sa végétation luxuriante et sa merveilleuse lumière. J’ai déménagé.

 

Fabien – Comment se déroule un accompagnement avec vous ?

Chantal : Je donne des consultations par téléphone en français. Je travaille tous les jours avec la France mais aussi avec des francophones de part le monde. Nous convenons d’un premier rendez-vous par courriel. Je prends en charge les frais téléphoniques.

Ma première question est : « Qu’est-ce vous voulez améliorer dans votre vie ? ». Il peut s’agir de confiance en soi, de problèmes familiaux, de difficultés de couple, de relations avec ses enfants, d’orientation professionnelle, de souffrances au travail, etc.

En premier lieu, nous recherchons les causes de ces problèmes. Il faut, tout d’abord, nettoyer les programmations liées à l’enfance, à l’adolescence, à des épreuves une fois adulte. C’est très difficile de le faire tout seul. Je dis souvent : « La psychothérapie est une histoire d’amour qui permet une alchimie émotionnelle. Il s’agit de renaître à soi-même. »

Quand mes patients et mes patientes sont ouverts, on va plus loin, beaucoup plus loin. Une fois le passé pacifié, il est fondamental de travailler le présent.

Comment être co-créateur de sa vie ? Nos pensées, nous ressentis, nos émotions, nos sentiments créent. Comment cesser de cultiver la peur et la négativité ?

Comment voir la vie de l’autre bout de la lorgnette ? Comment se réapproprier notre passé pour lui donner du sens ? Tout ce que nous avons traversé – même si cela a été fort douloureux – a été là pour nous faire évoluer. Qu’est-ce que cela a transformé en nous ? Quelles leçons avons-nous apprises ? Comment aider les autres à travers notre expérience ?

Il est important, aussi, de travailler sur l’ego. Nous avons tous un ego, c’est ce qui nous fait dire « Je ». Toutefois, il est fondamental d’identifier dans nos attitudes ce qui relève de notre moi profond, de notre âme et ce qui appartient aux illusions de notre ego qui nous manipule. Notre ego peut être un vrai bourreau, pour nous et pour les autres.

Comment vivre spirituellement au quotidien ? Comment cultiver la gratitude ? Comment gérer au mieux notre énergie ? Comment faire face aux problèmes et aux conflits ? Comment vivre davantage le moment présent ? Comment écouter notre intuition ? Comment méditer ? Comment prendre conscience de la synchronicité ? Comment développer plus d’amour universel ? Comment agir de concert avec Nos Guides ?

 

Fabien – Quel est le lien entre les thérapeutes et la spiritualité ?

Chantal : La psychothérapie nettoie notre terreau, c’est indispensable. Nous libérer de nos conflits émotionnels est fondamental. Mais il ne faut pas en rester là. Nous avons à vivre le présent, à nous épanouir, à planter et cultiver un magnifique jardin.

La spiritualité est pleine de bonnes intentions, parle d’amour à gogo mais ces superbes graines ne peuvent pas s’enraciner parce que le sol n’est pas préparé, parce que le sol n’est pas fertile.

Pour moi, nous avons à faire, d’abord, un travail psychologique et, ensuite, un travail spirituel. « Ne mettons la charrue avant les bœufs. »

Malheureusement, aujourd’hui, très peu de psys sont ouverts à la spiritualité. Peu à peu, cela change.

Il y a aussi des personnes qui, sous prétexte de spiritualité, perdent tout contact avec le réel et deviennent quasi schizophrènes. C’est important de s’ancrer. C’est important d’accueillir la matière, d’en faire l’expérience, les pieds profondément enracinés dans la terre et la tête dans les étoiles.

 

 

Pour aller un peu plus loin et découvrir l’Univers de Chantal Rialland

> Le site internet de Chantal : http://chantalrialland.com/

> Le facebook de Chantel en cliquant ici : Facebook Chantal Rialland

 

> Le portail de vidéos courtes de Chantal

https://www.youtube.com/channel/UCoFieuGc4TKr_gDgTxI5gpQ

 

La bibliographie de Chantal Rialland (les liens vers les livres sont en bas de l’article)

 

 

 

 

 

 


 

 

PARTIE 2

 LES QUESTIONS “AU PIED D’UN ARBRE”

 

Fabien – Quelles sont vos passions ?

Chantal : J’ai la chance que mon activité professionnelle, au quotidien, soit ma passion. Je n’ai donc pas l’impression de travailler. J’aime consulter, écrire, communiquer sous diverses formes, faire des conférences.

J’ai le culte de l’amitié, c’est très important pour moi. J’aime lire. J’aime regarder des vidéos. YouTube est une merveilleuse source d’enseignements. Il y a, aussi, à la télévision américaine, des émissions fort intéressantes. Ma préférée est « Super Soul Sunday » d’Oprah Winfrey – Chanel OWN. On trouve les émissions sur Internet en plusieurs fractions.

Je suis très sensible à la beauté, la lumière, l’aube, le crépuscule, les étoiles, les arbres, les colibris qui viennent se restaurer sur mon balcon, les écureuils qui courent sur les câbles. Très important aussi, j’adore rire !

 

Fabien – Décrivez-nous une journée type ?

La première chose que je fais le matin est de remercier pour cette journée. La dernière est de m’endormir en me remettant à Mes Guides et en Les aimant.

Il m’est indispensable d’avoir, le soir, un moment où « je ne fais rien », de trente minutes à une heure. Je médite. Je me connecte à mon être profond, à mon âme. Je me relie aux autres et à l’Univers. Je suis dans la paix et la gratitude.

Je ne suis pas du tout quelqu’un d’éthéré. Je fais attention à ce que les œufs, la volaille, la viande que je consomme soient biologiques et que les élevages respectent les animaux. Ici, il y a un label « no cruelty » – « sans cruauté ». Ou que le poisson soit sauvage. Je ne bois jamais de cocktails mais j’apprécie de savourer du vin le soir. Je fume, ou plutôt je « crapote » car je n’avale pas la fumée. C’est ma tétine (rires).

 

Fabien – Quelle a été pour vous l’épreuve qui a marqué un changement dans votre histoire ?

Chantal : Je voulais absolument, il y a une vingtaine d’années, créer une émission radiophonique sur la psychogénéalogie, en direct avec les auditeurs afin de répondre à leurs questions. Malgré tous mes efforts, je n’y suis jamais parvenue. J’ai beaucoup pleuré car je pensais que cela aurait été fort utile.

Avec le recul, je ressens maintenant que cela m’a permis de développer d’autres choses. Et que c’était très bien ainsi.

 

Fabien – Quelle personne a le plus influencé votre parcours ?

Chantal : Je dirais Dieu qui, pour moi, n’est pas une personne mais une Energie, Le Tout, L’Univers.

Je suis très reconnaissante envers Alejandro Jodorowsky pour m’avoir fait découvrir la psychogénéalogie. Je remercie des centaines de personnes et parmi eux, mes patients. Ils m’amènent de magnifiques expériences.

Merci également à Anthony Chene et à vous.

 

Fabien – Quel message pourriez-vous donner aux gens qui s’élèvent spirituellement et qui voient leurs proches stagner, comment ne pas paraître marginal(e) ?

Chantal : Il y a des moments où il faut savoir se taire. On n’a pas à raconter toute sa vie. Parler de spiritualité à des personnes qui ne sont pas prêtes a un effet nocif. Cela les retarde au lieu de les faire avancer. Lorsque notre entourage n’est pas prêt, c’est souvent notre ego qui veut convaincre. Je pense qu’on ne fait rien passer avec les idées. On fait tout passer avec le cœur, par petites touches, par de l’écoute, par de l’amour.

 

Fabien – Comment imagineriez–vous les humains dans une centaine d’années ?

Chantal : Beaucoup plus conscients de leur potentiel et de leur mission sur terre, beaucoup plus aimants et beaucoup plus lumineux.

 

Fabien – Quelles nouvelles matières amèneriez-vous à l’école du XXIIème siècle ?

Chantal : La psychologie. Un cours d’éducation émotionnelle. Les parents font tout ce qu’ils peuvent pour entretenir la santé physique de leurs enfants. Ils se préoccupent du développement de leur intelligence, de leurs études, de leur culture. Mais ils leur apprennent rarement à exprimer leurs ressentis, à connaître l’infinie variété des sentiments humains, à accepter l’ambivalence, comme j’aime et je déteste tout à la fois, à comprendre leurs camarades au lieu de les juger.

Il serait important aussi d’apprendre à méditer à l’école. Et de permettre aux enfants de se perfectionner dans les matières qu’ils aiment.

 

Fabien – Si l’humain exploitait 100% de ses capacités cérébrales, qu’en serait-il ?

Chantal : On découvrirait tout ce qui n’est pas de l’ordre de la pure logique. On développerait notre cerveau droit. On développerait notre créativité, notre intuition, notre médiumnité, des facultés dites paranormales comme la transmission de pensées, la télépathie, la communication avec les défunts, etc.

 

Fabien – Vous êtes-vous questionnée sur vos vies antérieures ?

Chantal : J’ai fait plusieurs régressions avec un thérapeute. L’une était extraordinaire. J’ai « perçu » de la lumière dorée très douce et très lumineuse à la fois, des couleurs, des sons. J’ai ressenti cette phrase : « Au-delà de cette limite, il ne faut plus être humain ». J’ai eu la sensation très intense, très violente, de réintégrer mon corps à toute vitesse, comme si je tombais dans une cage d’ascenseur aux murs glauques. J’ai beaucoup pleuré, bien évidemment.

Je ne pense pas qu’il soit très utile de faire des régressions. Il est facile d’avoir l’excuse des vies antérieures – pour éviter de travailler ce que nous avons à travailler. Nous avons tout ce qu’il faut pour travailler sur nous dans cette incarnation. Cependant, dans des cas exceptionnels, on a constaté des guérisons de maladies, dues à la libération d’émotions liées à une vie antérieure.

Ce qui est important, est de savoir qu’on en a eu et qu’on en aura, que l’on a des vies sur cette planète et sur d’autres. Les vies antérieures sont une école d’humilité. Mes lectures de vies antérieures m’ont dévoilé des vies très spirituelles, mais aussi de bien piètres personnages. Par exemples, j’ai commercialisé des enfants pour de l’or, j’ai été un chef de guerre impitoyable, quelles horreurs !

Nous avons à expérimenter un maximum de choses et, parfois, nous sommes ce que nous appelons des « méchants ». Le bien et le mal sont des notions très relatives mais les humains ne sont pas encore prêts à l’accepter.

 

Fabien – Si vous ne deviez conserver que 3 mots dans le dictionnaire ?

Chantal : Amour, respect, gentillesse.

 

Fabien – Dans ce dictionnaire, il y aurait un quatrième mot : humain. Quelle en serait la définition ?

Chantal : Une entité éternelle et infinie, faisant l’expérience de l’incarnation pour progresser et aimer.

 

Fabien – Si vous ne deviez conserver qu’une musique ?

Chantal : Je n’en écoute pas beaucoup car je passe mon temps à écouter les gens. J’aime beaucoup Vivaldi. Mais je conserverais le requiem de Mozart.

 

Fabien – Imaginez qu’une lettre arrive dans la boîte de lettres de chaque humain, vous pouvez y inscrire 3 phrases clefs à l’intérieur ?

Chantal : « Tu es béni(e), tu es chéri(e) et tu ne peux pas te tromper, tu fais des expériences. » Ce Message a été donné à Eben Alexander lors de son EMI.

« Réveille- toi et arrête de constamment te critiquer. Tu es une splendeur. »

« Tout ce qui existe est relié à toi et tu as à l’aimer. »

 

Fabien – Si vous partiez seule sur une île, qu’emporteriez-vous dans votre sac ?

Chantal : Un téléphone ! (Rires) Et un ordinateur ! Je ne pourrais pas m’empêcher de communiquer. Et un produit anti-moustiques ! (Rires).

 

Fabien – Si vous deviez vous télé porter, où iriez-vous ?

Chantal : J’adorerais, j’irais visiter tous les autres univers ! J’adore voyager !

 

Fabien – Quel est votre plus grand rêve ?

 Chantal : Que la Terre atteigne un tel niveau d’évolution, de cohésion et d’Amour que l’expérience sur cette planète ne soit plus utile pour progresser mais pour célébrer.

 

Fabien – Quel dernier message pour nos lecteurs ?

Chantal : Ne vous prenez pas trop au sérieux et vivez la joie de l’Etre.

 

Merci Chantal pour ce temps accordé, rempli de générosité, de simplicité, de spiritualité… Rempli de tant de choses positives et constructives. 

 

 

 

Les liens vers les livres :

http://www.amazon.fr/CETTE-FAMLLE-QUI-VIT-NOUS/dp/250108764X/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1447800742&sr=1-2&keywords=Chantal+Rialland

http://www.amazon.fr/FAIRE-PSYCHOGENEALOGIE-CHANCE-Chantal-Rialland/dp/2501078314/ref=sr_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1447800742&sr=1-3&keywords=Chantal+Rialland

http://www.amazon.fr/Faire-Vie-notre-meilleure-amie/dp/0615814352/ref=sr_1_5?s=books&ie=UTF8&qid=1447800742&sr=1-5&keywords=Chantal+Rialland

Édition spéciale pour les Fêtes à 3,50€

http://www.amazon.fr/Vous-limmense-pouvoir-changer-votre/dp/2501101758/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1447800742&sr=1-1&keywords=Chantal+Rialland

Édition normale

http://www.amazon.fr/VOUS-IMMENSE-POUVOIR-CHANGER-VOTRE/dp/2501095413/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1447800742&sr=1-1

Post written byFabien - Au pied d'un arbre

You can also like This posts

Selected by tags
image
Loan Miege – Medium – Rena ...
image
La Vie après la Mort : le chemin vers ...
image
Nouvelles pierres, nouvelle conscience ...

Leave Your Comment Here:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Do not spam our blog. Your comment will be checked by administration.