Close

Votre magazine moderne sur la Nouvelle Conscience & la Spiritualité

chat zen

 

Le chat, cet animal qui nous fascine

 

Les chats, à travers l’histoire, pour des raisons diverses et variées, en fonction des lieux et des époques, ont toujours fasciné. Même si nous les connaissons, que sommes capables d’interpréter leur comportement (la plupart du temps) et de nous adapter en conséquence, une part de mystère les concernant demeure. Il y a ce petit « quelque chose » d’insaisissable à leur sujet, un sentiment, une sensation à la fois étrange et réconfortante que le chat au sein de notre foyer n’est pas uniquement un animal de compagnie. Le chat bénéficie ainsi d’une sorte d’aura dont la signification nous échappe encore souvent. Pourrait-on alors envisager l’existence d’une connexion de type « spirituelle », une relation particulière, insoupçonnée, qui nous lierait à lui ? Serait-ce alors un lien d’échange ou plutôt un lien nourricier, à même de nous guérir, voire de nous guider ?

 
 

 

Au départ, une rencontre

 

À travers les avis d’experts, de vétérinaires et également de ceux qui « possèdent » un chat, il semble communément admis que ce dernier choisi son maître, plus que nous le choisissons, ou du moins, il en est capable. Bien entendu, toutes les premières rencontres ne se valent pas et si ce n’est pas le sujet qui nous intéresse aujourd’hui, il pourrait être intéressant de comparer les rapports entretenus entre un chat et son « maître » en fonction de la manière dont s’est déroulée leur rencontre.
 
Alors si un chat est capable de nous choisir, comment procède-t-il ? Et nous, comment le percevons-nous ?
 
D’un point de vue rationnel, ou instinctif, pour le chat cela passe par le regard, l’odeur, les gestes, la voix, ou encore le ton utilisé.
 
Pour nous humains, force est de constater que nous nous contentons le plus souvent d’apprécier sa race éventuelle, sa/ses couleur(s), sa robe et finalement l’intérêt que nous porte le chat. En effet, une fois nous avoir « analysé », il ne reste au chat qu’à nous approcher, à se frotter délicatement à nous et à l’aide, si nécessaire, de miaulement auxquels il est généralement difficile de résister, l’affaire est dans le sac, il est adopté.
 
Toutefois, si l’on s’accorde à aller un tout petit peu plus loin dans l’analyse, nous constaterons assez facilement que notre regard, nos gestes, notre voix (et même l’odeur, notamment des phéromones), sont autant d’éléments qui traduisent nos émotions du moment et nous caractérisent également à un certain point. Aussi, n’est-il pas permis de penser que ce chat qui nous a choisi, pourrait ressentir, à sa manière et sous une forme à définir, une part de nos émotions ?
 
En allant un petit peu plus loin encore, le chat serait alors en mesure de « lire » nos émotions et ne se contenterait donc pas uniquement de deviner nos intentions. Ne pourrait-on pas alors envisager que le chat entrevoie la possibilité d’être pour nous autre chose qu’un compagnon de jeu ?

 

 

Une relation selon les convictions

 

Généralement, il est admis que la présence d’un chat à une influence positive sur les humains, que nous prenions en compte ou pas ces études affirmant qu’avoir un chat à la maison diminue les risques de mourir d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral. En effet, le simple fait de caresser le pelage soyeux d’un chat, bien que nous ne puissions expliquer pourquoi, est une sensation agréable, qui nous donne alors envie de recommencer.

 

Alors, quel est son secret ?

 

Certains, expliquent que le chat à nos côtés va nous procurer une sensation de bien-être, son attitude paisible ou joyeuse, sa faculté à nous écouter nous plaindre sans sourciller et finalement les « ronrons » qu’il émet, ont une influence directe sur la sécrétion de nos hormones (endorphines, sérotonine…), d’où une diminution du stress et une baisse de la pression artérielle entre autres choses. « La ronron thérapie », soit des sons dont les vibrations sonores évoluent sur de basses fréquences, est par ailleurs reconnue par beaucoup.
 
Les autres, s’accordent plutôt pour dire que le chat est en mesure de détecter et d’absorber, telle une éponge, les ondes / énergies négatives ou nocives que nous émettons ou même qui pourraient stagner dans nos logements. Il ne semble pas y avoir d’explication faisant consensus sur le mécanisme en œuvre, mais simplement la conviction que le chat équilibre les énergies. Grâce au « magnétisme » exercé par le chat, seules les énergies positives demeurent, expliquant ainsi le bien-être ressenti.
 
Si les avis diffèrent donc sur la question du « comment », le résultat visible semble être le même. Ainsi, lorsque nous sommes lassés, tristes ou encore déprimés et que l’on finit la journée écrasé au fond de notre canapé, il est coutumier de voir notre chat adoré pointer le bout de son nez et venir se blottir contre nous. À ce moment-là, peu importe les convictions, le câlin est salvateur et le sentiment de bien-être qui en découle est bien réel.

 

chat et main

 

 

Le lien qui nous unit

 

Certains pensent que le chat, lorsqu’il détecte nos émotions négatives (liées à la sécrétion de phéromones), vient bien nous consoler. Oui…mais, ces mêmes personnes continuent en nous expliquant que ce n’est pas pour nous faire plaisir, la raison étant qu’un humain heureux s’occupera mieux de son chat. Une fois réconforté, il semblerait donc que nous soyons enclins à être plus attentionnés avec notre chat. Cette explication, très terre à terre, est somme toute envisageable, mais est-elle suffisante pour expliquer cette connexion si particulière avec l’humain ? Dans ce cas, quel est le but recherché de ces chats, dont la présence auprès des personnes malades, voire mourantes, est régulièrement rapportée ?
 
Que l’on soit plutôt « terre à terre » ou pas, et, peu importe la manière de l’expliquer, le chat, par son attitude tantôt paisible, tantôt joyeuse, nous réconforte. Sa façon d’être, de vivre le moment présent à une influence directe sur notre humeur voire sur nos envies. Dès lors, pourquoi cette influence se limiterait-elle à nous rendre joyeux et à nous réconforter ?
 
Le plus clair de son temps, en dehors des périodes de jeu (ou de chasse), le chat est un animal très calme. Telle une statue, il paraît alors nous surveiller, quasiment immobile, visiblement détendu, mais finalement toujours vigilant. Dans cet état de « veille », il n’est alors pas toujours facile de le distraire. Dans un état de vigilance et de pleine conscience, se pourrait-il alors que le chat soit finalement en train de méditer ? Si la question prête à sourire, la réalité s’en approche pourtant. Rappelons à cet égard l’importance particulière portée aux chats par les bouddhistes, qui parmi tant d’autres, sont des adeptes de la médiation.
 
Dès lors, pour peu que l’on y soit attentif, nous pourrions envisager que la « sagesse » de notre chat puisse également nous influencer. Guidés, d’une certaine manière, nous pourrions apprendre à envisager nos problèmes avec patience, vigilance et confiance en agissant seulement lorsque le moment est opportun. Nous serions ainsi plus aptes à atteindre nos objectifs tout en économisant notre énergie.
 
De la même manière, ce que nous caractérisons très souvent chez le chat comme de l’indépendance est peut-être tout simplement une manière de nous montrer qu’il convient de prendre du temps pour soi, qu’il y a un juste milieu ou un équilibre à trouver entre nos besoins personnels, notre temps à nous et notre vie sociale, avec les autres.

 

 

Guide ou compagnon, à nous de le découvrir

 

Il y a certainement encore de nombreuses interprétations à déduire du comportement de nos chats, de leurs attitudes face à telle ou telle situation. Chacun est alors libre de voir en eux de simples animaux de compagnie ou autre chose… Si les exemples précités ne prouvent pas véritablement l’existence d’un lien « spirituel » inné entre un chat et son « maître », ils amènent toutefois à nous interroger réellement sur l’influence qu’a, ou pourrait avoir, notre chat sur nous, au-delà des traditionnelles séances de câlins ou de jeux.
 
Enfin, n’oublions pas l’engouement qu’il génère, depuis l’Égypte Ancienne, en passant par les mythologies grecque, romaine, nordique, japonaise ou encore au moyen-âge, alors acolyte voire protagoniste dans tous bons cas de sorcellerie.
 
Bien que le mystère demeure et qu’il appartient finalement à chacun d’y trouver la réponse qu’il cherche, les chats n’ont pas fini de nous fasciner et il existe bel et bien un lien, qu’à défaut d’être avec certitude « spirituel », est en tout cas magique pour bon nombre de leur « maître ».

 

Si ces quelques lignes vous ont donné l’envie d’en apprendre plus sur les vertus, quelles qu’elles soient, de nos amis les chats, voici quelques références que vous pourrez parcourir du côté des articles :

 

 

Ainsi que plusieurs livres plébiscités sur ces sujets (le dernier est rédigé en anglais) :

 

Post written byJennifer

You can also like This posts

Selected by tags
image
Le pendule, un outil mystique accessib ...
image
Véganisme : ce phénomène qui révei ...
image
Les druides sont parmi nous ...

Leave Your Comment Here:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Do not spam our blog. Your comment will be checked by administration.

UA-112913189-1